Dans l’optique de voir la population mondiale augmenter grandement dans les prochaines années, l’agriculture va devoir subvenir à des besoins de plus en plus croissants, tant dans les élevages que dans les cultures. Ainsi l’Homme doit trouver des nouveaux moyens permettant un rendement bien plus élevé. Celui-ci peut être augmenté de plusieurs manières, notamment par une extension du territoire cultivable. Cependant, cette solution ne pourra pas complétement nourrir les générations futures, vu que les surfaces agricoles sont limitées en espace et que l’expansion urbaine fait prendre de plus en plus de place à la ville. L’amélioration du rendement d’une parcelle grâce à la technologie apparaît donc comme un moyen utile pour subvenir à ces futurs besoins. Parmi ces technologies, on retrouve l’agriculture de précision.

L’agriculture de précision est une continuité de la révolution verte, c’est à dire la politique menée par différents pays du monde  dans les années 60-90, qui vise à intensifier les rendements de l’agriculture, notamment en choisissant les variétés de plantes les plus rentables et en utilisant des pesticides et autres intrants (produits apportés à la terre comme l’engrais, les semences, les amendements, les produits phytosanitaires etc…). On estime que la première forme d’agriculture de précision a été pratiquée en 1985 aux États-Unis par les chercheurs de l’université du Minnesota. En effet, c’est la première fois que l’on parle de varier la quantité d’amendement* à apporter sur une parcelle en fonction de l’endroit où on se trouve. Ils avaient utilisés la méthode du « grid-sampling » (grille d’échantillonnage en français) qui consiste à prélever des échantillons du sol de la parcelle afin de connaitre ses caractéristiques. On peut alors moduler l’apport des différents intrants  en fonction des caractéristiques du sol connues et dresser des cartes de préconisations, c’est à dire des cartes hétérogènes montrant la quantité d’intrants à apporter sur toute la surface de la parcelle. Ces méthodes se sont d’abord diffusées au Canada et en Australie, puis sont arrivées en Europe et notamment en France en 1997. L’agriculture de précision s’est alors développée en utilisant le GPS puis le dGPS, version plus précise de ce dernier, pour connaitre la position de l’agriculteur sur sa parcelle, et en utilisant également des capteurs spéciaux pour prendre en compte des caractéristiques précises des cultures telles que leur teneur en chlorophylle ou leur biomasse.

(*note : Les amendements sont des éléments destinés à améliorer les propriétés chimiques des sols, le plus connus étant la chaux.)

On peut donc définir le but de l’agriculture de précision comme le fait d’augmenter les rendements d’une parcelle agricole tout en réduisant la consommation d’intrants à apporter grâce à l’aide des nouvelles technologies, autrement dit produire plus avec moins.

On peut ainsi se poser la problématique suivante :

Drones, satellites… Les technologies peuvent elles réellement révolutionner l’agriculture ?

L’agriculture de précision peut se décomposer en 2 aspects :

  • Le premier est l’analyse des parcelles. On regroupe dans cette partie la prise d’informations sur les cultures grâce aux capteurs des satellites, drones ou avions. Elles permettent de dresser des cartes précises des variabilités intra-parcellaires, mais également les différents moyens existant de modulation des apports aux cultures et l’étude des caractéristiques des sols de la parcelle.
  • Le second est le guidage assisté. Il se définit comme une correction de la trajectoire du tracteur lorsqu’il parcourt une parcelle pour éviter les sous ou sur-dosages dus à une absence de passage du tracteur sur une zone ou au contraire, à un double passage. Deux moyens sont actuellement utilisés dans cette fonction : le dGPS et le RTK.

Nous vous laissons donc parcourir les différentes rubriques de ce site à votre guise, mais en vous conseillant tout de même de les lire dans l’ordre (de droite à gauche et de haut en bas).

Lien vers la suite : https://agriculturedeprecision.wordpress.com/analyse_parcelles/

Publicités