Les apports potentiels de l’agriculture de précision

Pour les agriculteurs, certaines solutions existent pour sortir de cette crise. Dans un premier temps il y a la solution de l’État, c’est-à-dire des aides que celui-ci à mis en place pour aider les agriculteurs à « survivre » (certains ont moins de 500 € par mois voire aucun salaire à cause des charges trop importantes). On peut donc se demander si, en plus de certains plans d’aide (comme celui de Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, présenté fin 2016) les bénéfices de l’agriculture de précision ne seraient pas une aide pour sortir de la crise.

Il faut d’abord noter que l’investissement dans de telles installations et de tels matériels n’est pas forcément à la portée de chaque agriculteur. En effet, les prix peuvent aller de quelques milliers d’€ jusqu’à 30 000€. Pour éviter des dépenses « inutiles » la majorité des agriculteurs choisissent de changer leur matériel seulement lorsque celui-ci doit être remplacé, au plus tard.
Les motivations des agriculteurs peuvent être très différentes. D’après des témoignages trouvés sur le site agriculture-de-precision.fr (proposant un service directement lié à l’agriculture de précision), on retrouve :

 

  • « Ça fait 17 ans que je suis installé maintenant. Mon exploitation est essentiellement tournée vers la grande culture (céréales, betteraves, un peu de pommes de terre). Je me suis récemment équipé d’un épandeur avec la pesée et le GPS, dans l’idée de faire de l’agriculture de précision. J’avais conscience que mes terres étaient hétérogènes , et j’avais à cœur de mieux répartir mes engrais dans les champs. Monsieur Berger (personne s’occupant de mettre en place les installations, et de donner les conseils) est venu chez moi me présenter son travail. ça m’a tout de suite plu et j’ai fait un premier essai sur 30 ha de betteraves, histoire de voir si sa technique tenait la route sur mon exploitation. Le moins qu’on puisse dire, c’est que je ne regrette pas d’avoir essayé! »
    Témoignage de Jean DUPETIT
  • Je suis installé sur une ferme familiale de la Somme depuis 3 ans. Passionné de matériels agricoles et de technologies, j’ai rapidement voulu investir dans des matériels capables de faire de l’agriculture de précision. J’ai entendu parler des techniques de modulation des engrais de fond pendant mon BTSA: j’ai tout de suite compris l’intérêt agronomique que je pouvais en tirer.
    Témoignage de Marcel DELARUE

Le passage vers une agriculture plus propre et moderne est donc choisie selon différentes motivations. Une des principales motivation est environnementale. En effet, même si cela n’est pas forcément utile à l’agriculteur, cela va motiver les acteurs extérieurs à choisir les produits issus d’une agriculture plus propre.
Une autre motivation est simplement la passion. Comme le montre le témoignage de Marcel DELARUE, la seule envie d’utiliser du matériel sophistiqué pousse à avoir recours à l’agriculture de précision. Voyons maintenant la raison principale du changement de méthode : la rentabilité des parcelles.

 

Voici le témoignage de Christophe DELANGE, propriétaire d’une exploitation en polyculture élevages (modèle qui associe sur l’exploitation, plusieurs cultures et un ou plusieurs élevages) sur 63 ha de surface agricole utile. Il a pour objectifs d’être plus autonome sur son exploitation vis à vis des conseils, de réduire à chaque fois que cela est possible les intrants (phytosanitaires et fertilisation azotée) et d’être ainsi acteur du maintien de la qualité de l’eau sur la Rouvre (rivière dans le département de l’Orne) :

« Le maintien d’une rotation longue me permet de mettre en application plus facilement les principes de l’agriculture intégrée avec d’une part une réduction de mes intrants et d’autre part une amélioration de  la production de mes prairies avec le maintien d’un coût alimentaire de l’atelier lait performant. depuis trois ans, l’iFt (Indice des Fréquences de traitement) herbicides a été réduit de 20 % et l’iFt  hors herbicides de 45 %. sur maïs, le binage (ameublir la couche superficielle du sol autour des plantes cultivées) est régulièrement pratiqué en deuxième voire troisième passage si besoin. »

Grâce à la réduction du temps passé sur les champs, cela permet, en plus de réduire les coûts de production, de laisser au producteur la chance de se diversifier dans les activités (créer un élevage laitier dans cet exemple) et ainsi pouvoir faire face aux cours du marché lorsqu’ils sont bas, et de pallier à une mauvaise récolte.

 

Pour finir, voilà l’expérience d’un agriculteur propriétaire d’une exploitation de 250 ha, Benoît RAFFIN. Voilà ce qu’il répond lorsqu’on lui demande si il est difficile de se lancer dans un tel projet :  » Il faut avoir le sens du détail car le temps passé au bureau pour analyser chaque source d’informations est important. Pour moi, c’est une vraie passion au-delà du fait que la démarche mette en avant une agriculture compétitive et propre. L’agriculture de précision peut s’aborder simplement car c’est avant tout de la logique. On ne raisonne plus à la culture mais à la parcelle en la découpant en zones de potentiel.
Pas besoin non plus d’être informaticien ! Les outils actuels sont simples à utiliser. En revanche, la masse d’informations recueillies est telle qu’on ne peut pas encore tout valoriser. »

Lien vers la suite : https://agriculturedeprecision.wordpress.com/innovations-concretes/

Publicités